Demain ? C'est aujourd'hui

Un homme vient de faire, lui aussi, le sacrifice de sa vie : le lieutenant-colonel Arnault BELTRAME.
Ils sont rares, comme pendant cette période de la dernière guerre. Mais espoir : ils existent encore !!!
Nous publions ici un courrier de Monsieur Jean COLIN, président national des Amis de la Gendarmerie.

Bonjour Amis de la Gendarmerie,

Les événements que nous vivons sont à mon sens suffisamment exceptionnels pour que nous nous mobilisions demain pour l’hommage national qui sera rendu au lieutenant-colonel Arnault Beltrame. Son sacrifice, n’est pas seulement un acte de bravoure, comme nous en célébrons lors de nos cérémonies mémorielles.
En effet, cet officier supérieur de gendarmerie a offert sa vie pour sauver celle d’un otage, d’une personne qu’il ne connaissait pas, il n’a écouté que sa conscience et il a fait son devoir. J’ai beau rechercher des cas semblables dans ma mémoire, il me faut remonter au sacrifice de Maximilien Kolbe, frère franciscain polonais, mort au camp de concentration d'Auschwitz en 1941, qui s’est offert de mourir à la place d'un père de famille.

C’est pour cela que j’envoie ce message à tous les cadres de notre association, les uns pour information, les autres pour leur permettre  de nous rejoindre demain à Paris, afin de témoigner du soutien des Amis de la Gendarmerie à leurs camarades de l’active.
Vous pouvez suivre nos témoignages sur notre site internet https://www.amis-gendarmerie.com, sur notre compte Twitter https://twitter.com/amisgendarmerie  et sur notre page Facebook https://facebook.com/AmisGendarmerie tenue par nos jeunes adhérents du comité Paris Junior. Nous reviendrons bien évidemment sur cet événement dans la prochaine revue trimestrielle.

Pour ceux qui seront sur Paris ou pourront s'y rendre d'un coup de métro ou de transillien, je vous donne rendez-vous demain à partir de 9h45 au rond point des Invalides. Ne venez pas trop tard, il y aura du monde. Nous nous regrouperons autour des banderoles "Amis de la Gendarmerie" qui seront facilement visibles de part et d'autre de la chaussée et de nos drapeaux. Des présidents de comité et des membres du conseil d'administration vous accueilleront. Ce sera un moment d'échange en attendant le cortège qui partira à 10h du Panthéon, puis de recueillement et d'émotion.

Pour ceux qui ne pourront venir, des minutes de silence et des cérémonies seront organisées dans toute la France.
Je vous laisse avec cette belle citation d'un inspecteur général de la gendarmerie du 19e siècle « La Loi lui disait d’avancer, une mort certaine lui disait d’arrêter, il n’avait pour témoins que Dieu et sa conscience, il n’a pas balancé, il a marché et il est mort pour la Loi. »

Jean COLIN
Président national