Blog

  • Notre cérémonie du 28 novembre 2020 du ravivage de la Flamme

    • Le 26/04/2021

    Désolé !
    Notre cérémonie du 28 novembre 2020 du ravivage de la Flamme ne pourra avoir lieu. Elle est annulée en raison des mesures gouvernementales relatives au COVID 19.
    C’est un rude coup pour notre association qui avait, cette année, invité plusieurs associations ainsi qu’une représentation de la Garde Républicaine. Nous devions être une quarantaine, ensuite, au restaurant Le Chalet de Neuilly sur Seine, mais les restaurants sont dorénavant fermés pour plusieurs semaines.
    Nous espérons pouvoir réaliser ce ravivage pour le 14 avril 2021, qui correspond au 80ème anniversaire de la rencontre entre le représentant du MI6 Kenneth Cohen et Georges Loustaunau Lacau à Lisbonne et à la naissance de la coopération officielle entre le réseau Alliance et le MI6.
    Nous pourrions profiter de cette date pour réaliser notre Assemblée Générale annuelle. Nous en prendrons la décision en fonction de l’évolution de la pandémie et vous informerons.

  • Parution d'un livre sur le Réseau Alliance

    • Le 13/12/2020

    Cette video est un entretien avec l'historien Lars Skowronski sur le livre qui vient de paraître : Radio Topinambour.
    Ce livre donne un autre regard, complémentaire, au livre de Marie-Madeline Fourcade sur le réseau Alliance, L'Arche de Noé.

    Très illustré de photos, documents, témoignages, il relate avec précisions la vie du colonel Edouard Kauffmann, numéro 3 du réseau en 1943.
    Ecrit comme un roman, vous serez étonnés de sa facilité de lecture et des informations inédites qu'il contient.

    Dans votre bibliothèque, il trouvera sa place au côté du livre de Marie-Madeleine Fourcade.
    Probablement le deuxième et dernier livre sur ce réseau extraordinaire !

    https://sites.google.com/view/radiotopinambour/livre-radio-topinambour

  • La Présidence salue notre drapeau !

    • Le 13/12/2020

    Le president macron a caen web 1

    75e anniversaire du Débarquement

    L’hommage du Président de la République aux fusillés résistants de la prison de Caen.

     

    De notre envoyé spécial Marc-Antoine de Saint Pol

    La cérémonie officielle qui se tient tous les ans, le 6 juin, devant la prison et qui est précédée habituellement de la cérémonie réservée aux familles dans l’enceinte de la prison, a été célébrée le 5 juin en raison de la présence de Monsieur Macron. C’est la première fois qu’un Président vient rendre hommage à ces victimes. Il était entouré de nombreux élus, de représentants de l’Administration et d’Officiers.

    Le Président a pris le temps de saluer individuellement  tous les représentants des anciens combattants et tous les membres des familles présents.

    Au cours de cette cérémonie et pour la première fois, « l’appel des Morts » a été réalisé par le Réseau de Résistance Alliance, précédé d’une brève présentation de l’activité de chaque réseau dans le Calvados. Pour le Réseau ALLIANCE, appel des 16 membres du Réseau par M-A de Saint Pol. Le drapeau de l’ALLIANCE était porté par Titouan de Saint Pol, arrière-petit-fils de Guy de Saint Pol.

    Le lendemain matin, de bonne heure, les familles se sont retrouvées avec toujours beaucoup d’émotion à l’intérieur de la prison pour se recueillir devant les courettes où les résistants descendirent 3 par 3 pour y être fusillés.

    Ouest France  titrait « l’insondable mystère des fusillés de la prison de Caen ». Les corps, en effet, n’ont toujours pas été retrouvés, mais de nouveaux éléments, actuellement en cours d’examen, suscitent de nouvelles recherches. Les familles des victimes vivent toujours dans l’espoir qu’un jour on retrouvera les corps de ces héros.

    ___________________________________________________________________

            
    Le Président Emmanuel Macron a honoré les fusillés de la prison de Caen ce 5 juin, reconnaissant ainsi l’importance de leur sacrifice. Plusieurs membres du réseau Alliance étaient parmi eux, avec le drapeau de notre association.
    Cet hommage de l’Etat souligne l’indispensable lien entre l’Histoire et la Nation, la reconnaissance des effets du passé sur le présent.  

    Or c’est l’objet même de notre association : nous devons faire les efforts nécessaires pour que le réseau Alliance ne tombe pas dans l’oubli et qu’il égrène dans la population ses richesses humaines. Comment ne pas écouter ces âmes atrocement mutilées qui ont montré le chemin d’un comportement humain digne et généreux ? Ces héros nous ont tendu un drapeau d’amour et d’alliance ; à nous de savoir le prendre et le porter haut. C’est pour cela que notre association existe.

    Il est de notre devoir de prendre appui sur cette cérémonie certes protocolaire, mais avant tout démonstrative du besoin de la Nation de retrouver ses appuis fondamentaux. Or nous possédons un trésor et nous devons le partager. Quand la cohésion nationale s’effrite, une grande cause recrée les liens sociaux : la Patrie.      
    Mais notre association n’est pas suffisamment reconnue par les Services de l’Etat qui ne s’intéressent qu’à ce qui s’impose à lui. L’innovation dérange, le conservatisme est moins perturbant…

    Nous avons créé un site internet que nous améliorons régulièrement. Il est assurément le site d’information le plus important sur le réseau Alliance et il est la base de notre communication. Il peut être consulté sur http://reseaualliance.e-monsite.com. C’est un travail long et coûteux que nous poursuivons avec rigueur. Les historiens et les associations de combattants s’y rencontrent et nous pouvons en être fiers.

    Nous demandons actuellement aux Autorités que ce site soit aussi référencé dans les services de l’Etat pour permettre de nous faciliter leur contact et leur reconnaissance, dans le but d’améliorer la communication avec la jeunesse du pays particulièrement déroutée aujourd’hui.       
    Je souhaite que cet été, souvent de repos, soit l’instigateur de vos réflexions. Nous avons besoin de vous tous. Envoyez-nous vos idées par courrier ou courriel.

    Richard Kauffmann

     

  • Demain ? C'est aujourd'hui

    • Le 13/12/2020

    Lettre d'avril 2018

    Demain ? C'est aujourd'hui
    Un homme vient de faire, lui aussi, le sacrifice de sa vie : le lieutenant-colonel Arnault BELTRAME.
    Ils sont rares, comme pendant cette période de la dernière guerre. Mais espoir : ils existent encore !!!
    Nous publions ici un courrier de Monsieur Jean COLIN, président national des Amis de la Gendarmerie.

    Bonjour Amis de la Gendarmerie,

    Les événements que nous vivons sont à mon sens suffisamment exceptionnels pour que nous nous mobilisions demain pour l’hommage national qui sera rendu au lieutenant-colonel Arnault Beltrame. Son sacrifice, n’est pas seulement un acte de bravoure, comme nous en célébrons lors de nos cérémonies mémorielles.
    En effet, cet officier supérieur de gendarmerie a offert sa vie pour sauver celle d’un otage, d’une personne qu’il ne connaissait pas, il n’a écouté que sa conscience et il a fait son devoir. J’ai beau rechercher des cas semblables dans ma mémoire, il me faut remonter au sacrifice de Maximilien Kolbe, frère franciscain polonais, mort au camp de concentration d'Auschwitz en 1941, qui s’est offert de mourir à la place d'un père de famille.

    C’est pour cela que j’envoie ce message à tous les cadres de notre association, les uns pour information, les autres pour leur permettre  de nous rejoindre demain à Paris, afin de témoigner du soutien des Amis de la Gendarmerie à leurs camarades de l’active.
    Vous pouvez suivre nos témoignages sur notre site internet https://www.amis-gendarmerie.com, sur notre compte Twitter https://twitter.com/amisgendarmerie  et sur notre page Facebook https://facebook.com/AmisGendarmerie tenue par nos jeunes adhérents du comité Paris Junior. Nous reviendrons bien évidemment sur cet événement dans la prochaine revue trimestrielle.

    Pour ceux qui seront sur Paris ou pourront s'y rendre d'un coup de métro ou de transillien, je vous donne rendez-vous demain à partir de 9h45 au rond point des Invalides. Ne venez pas trop tard, il y aura du monde. Nous nous regrouperons autour des banderoles "Amis de la Gendarmerie" qui seront facilement visibles de part et d'autre de la chaussée et de nos drapeaux. Des présidents de comité et des membres du conseil d'administration vous accueilleront. Ce sera un moment d'échange en attendant le cortège qui partira à 10h du Panthéon, puis de recueillement et d'émotion.

    Pour ceux qui ne pourront venir, des minutes de silence et des cérémonies seront organisées dans toute la France.
    Je vous laisse avec cette belle citation d'un inspecteur général de la gendarmerie du 19e siècle « La Loi lui disait d’avancer, une mort certaine lui disait d’arrêter, il n’avait pour témoins que Dieu et sa conscience, il n’a pas balancé, il a marché et il est mort pour la Loi. »

    Jean COLIN
    Président national

  • Loustaunau-Lacau aux honneurs

    • Le 26/10/2017

    Qui était le général Loustaunau-Lacau

    Né en avril 1894 à Pau, Georges Loustaunau-Lacau intègre Saint-Cyr en 1912, au sein de la promotion Montmirail, promotion qui versera l’un des plus lourds tributs à la Grande Guerre avec 233 de ses 400 élèves morts pour la France . Sous-lieutenant en 1914, d’emblée engagé dans la  Guerre, il s’y distingue par son courage et sa détermination dans les rangs du 132e régiment d’infanterie.

    Il mérite la première de ses cinq citations en assurant seul la liaison avec l’état-major sous un déluge de feu allemand, avant de prendre la tête du détachement chargé de la garde du drapeau de son régiment sur l’Aisne. Pour son courage sous le feu à Reims, à Verdun, et dans la Somme, il est décoré de la Légion d’Honneur à 23 ans. Le 22 novembre 1918, le capitaine Loustaunau-Lacau a l’honneur de  commander la première patrouille qui entre dans Strasbourg, après 48 ans de présence allemande.

    Admis à l’école de guerre en 1922, le capitaine Loustaunau-Lacau en sort major. Il rejoint ensuite le Maroc, où il s’illustre une fois de plus au sein de l’état-major du maréchal Pétain pendant la guerre du Rif. Puis c’est la  Rhénanie et la Grèce, où il sert comme conseiller militaire. Promu chef de bataillon, il prend le commandement du 24e bataillon de chasseurs alpins en 1932 où il met en application ses théories sur le combat d’infanterie. Il rejoint à nouveau le cabinet du maréchal Pétain.

    Au printemps 1940, alors que l’armée française connait le plus grand désastre de son histoire, il tient tête aux blindés de Rommel sur la Saulx, entre MARNE ET MEUSE dans la région de Vitry le François, détruisant 22 chars allemands avant de s’effondrer, grièvement blessé d’une balle dans le dos.

    Fait prisonnier, il parvient à s’évader et rejoint la zone libre. Le commandant Loustaunau-Lacau s’appuie alors à Vichy sur ses contacts d’avant-guerre pour mettre sur pied le réseau de résistance Alliance,  qui sera considéré par le général De Gaulle comme l’un des plus efficaces. Ce réseau s’étend dans toute la France et renseigne directement  l’Intelligence Service britannique. Dès 1941, Loustaunau-Lacau est recherché par les Allemands. Capturé en 1942,torturé durant six mois durant dans les caves de la Gestapo, il est déporté à Mauthausen au terme de 54 interrogatoires en n’ayant jamais livré la moindre information. Jusque dans les camps,  le commandant Loustaunau-Lacau s’affirme comme un chef énergique et un homme de caractère, protégeant ses camarades et n’hésitant pas à parler en leur nom. Il survit par miracle aux marches de la mort et est libéré en avril 1945.

    Rentré en France, il se heurte aux sectarismes de l’après-guerre, lui dont l’engagement pour la libération du pays avait toujours été l’unique ligne de conduite. L’historien Simon Epstein résumera ainsi ce parcours atypique : “Nombre d’antifascistes de 1936, basculés collaborateurs en 1940 mais experts à se faire pardonner en 1944, auront connu une Libération plus paisible que celle qui s’acharna sur ce résistant de la première heure, rescapé de Mauthausen et des marches de la mort”.

    Il rédige ses Mémoires au titre hautement symbolique de « Mémoires d’un français rebelle » et plusieurs autres ouvrages qui expriment sa pensée riche et ses fortes convictions. Elu député du Béarn en 1951, il siège à l’Assemblée Nationale. Victime d’un malaise le 11 février 1955, alors qu’il vient d’être nommé général de brigade, il meurt chez lui le jour même.

    Héros de guerre et ardent patriote,  le général Loustaunau-Lacau incarne magnifiquement la droiture, la fidélité à ses idéaux et le service désintéressé de la France. Il eut toujours la force de demeurer, envers et contre tout, dans ses combats comme dans son âme, un Français, libre.

    Olivier PAULUS

    Auteur :
    Olivier PAULUS 
     

  • Ouvrage de référence à lire à la rentrée !!!

    • Le 16/07/2017

    L'association L'ALLIANCE vous conseille ce livre à paraître de Michel BALDENWECK, ancien professeur des universités.
    Il avait déjà soutenu sa thèse en 2012 sous la direction d’Olivier Feiertag en 2012 : "De la Résistance au rétablissement de la légalité républicaine en Normandie : histoire de la Seine-Inférieure (1943-1946) de l’occupation à la Libération".
    Il est en deux tomes.

    Pub